CAPITOUL

Canopy and Aerosols Particles Iinteractions in TOulouse Urban Layer

Depuis les années 1980 est apparue la notion de météorologie urbaine qui se caractérise principalement, en comparaison avec la météorologie des zones rurales, par l’apparition d’un îlot de chaleur urbain en cas de condition anticyclonique. La ville est alors plus chaude que les zones rurales qui l’entourent. Cette originalité de la météo des villes par rapport à la météo des champs a également des conséquences sur le transport et la diffusion des aérosols présents dans l’atmosphère, dont l’impact sur l’effet de serre est important mais doit être mieux quantifié. Les écoulements atmosphériques créés par la ville sont aussi d’importance lors de rejets accidentels – la catastrophe du 21 septembre 2001 est encore dans toutes les mémoires.

En France, comme dans la plupart des pays industrialisés, une grande majorité de la population est concentrée dans les villes. Il est nécessaire d’améliorer la connaissance et la prévision du climat à l’intérieur des villes. C’est pour valider les modèles numériques de prévision du temps dédiés aux zones urbaines qu’est mis en place le vaste programme de mesures météorologiques CAPITOUL.

CAPITOUL est un projet d’étude couplée de l’atmosphère urbaine et de la formation/transformation des aérosols urbains, avec une campagne de mesures prévue dans la région toulousaine entre mars 2004 et mars 2005. Les principaux objectifs expérimentaux de CAPITOUL sont les suivants :

  • étudier les échanges d’énergie entre la surface urbaine et l’atmosphère pour des conditions météorologiques variées : conditions estivales et hivernales, pluies, averses, vent, impact des sources de chaleur urbaines (chauffage, consommations d’énergie diverses) ; ces échanges d’énergie sont à la source des effets météorologiques urbains ;
  • observer l’impact de la ville sur l’écoulement de l’air au-dessus d’elle (de 0 à 1 km d’altitude) : îlot de chaleur urbain, dôme urbain, brise urbaine, panache urbain, effet sur le brouillard ;
  • caractériser la formation et la transformation de l’aérosol urbain (particules en suspension dans l’atmosphère), des zones d’émissions jusqu’aux zones réceptrices à courtes (1km) et moyennes (50km) distances ;
  • étudier la dispersion à courte distance d’une simulation de rejet industriel par un exercice de lâcher de traceurs (gaz inertes) pour qualifier un système de modélisation.

CAPITOUL est un programme innovant. En effet, notre connaissance actuelle de la météorologie urbaine est le fruit d’études conduites dans les années passées sur quelques grandes agglomérations dans le monde, mais principalement en période estivale et sur des périodes de quelques semaines au plus.